Vendredi 1 juin 5 01 /06 /Juin 09:09

 

jl

  Jean-Luc Raffier, artiste peintre,  présentait le 26 mai dernier à Trébillane 32 de ses œuvres.

On ne reviendra pas sur la notoriété du Médecin général Gilbert Raffier et de son épouse, Mija, ses parents, pour l’œuvre humanitaire à laquelle ils ont contribuée en Afrique et dans laquelle Jean-Luc a été baigné dès sa plus tendre enfance.


 

 

 

 

Papier collé sur bois - Autoportrait de l'artiste. 

 

Pour cette exposition cabriésienne, le bois, plus souvent, et la toile prêtent leurs surfaces aux  quatre grands thèmes qui structurent cette exposition : nature morte (5 œuvres),  Cabriès (6 œuvres), paysage (5 œuvres + 2 planisphères) et portraits (15).


Si l’huile est présente, elle est généralement associée au papier collé, nouvelle exploration jubilatoire du jeune artiste. Cela ne veut pas dire pour autant que Jean-Luc Raffier abandonne la peinture, comme il me l’a vigoureusement précisé !

cezanne

Les thèmes choisis par l’artiste s’apparentent à ceux qui ont composé l’œuvre de Paul Cézanne : paysages, natures mortes, portraits. Aucune surprise, en conséquence, de voir le grand maître aixois ouvrir la série de ses portraits en papier collé aux côtés des 3 autres artistes de son panthéon, ni d’y trouver la Sainte Victoire. Mais la référence cézannienne ne s’arrête pas là. Dans les natures mortes, si les pêches ont remplacé les fameuses pommes, ce sont bien les volumes géométriques qui s’y expriment plus que les formes naturelles, comme chez Cézanne ; on retrouve aussi la disjonction visuelle des plans spatiaux notamment dans  Nature morte (grand format horizontal) où prolifèrent fruits et objets  familiers de l’œuvre cézannienne.

 

 

L’influence de Cézanne se perçoit encore dans les paysages où les formes se définissent par rapport aux formes voisines, par les couleurs ou, dans certains cas, par les hachurages directionnels.  

limousin

 

 

Sans omettre Cabriès qui est à Jean-Luc Raffier ce que la Sainte Victoire est à Cézanne, contourné continûment, de jour comme de nuit.

 

La technique du papier collé, récemment utilisée par Jean-Luc Raffier, qui s’applique tant aux portraits, qu’à Cabriès ou aux natures mortes, n’exclut en rien les partis-pris cézanniens adoptés par l’artiste : au contraire, elle lui ouvre de nouvelles perspectives architecturées, vives et foisonnantes, où les couleurs se répondent d’un bout à l’autre du tableau.

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Huile et papier collé sur bois. Reflets en Limousin.

 

Jean-Luc Raffier, sous (bonne) influence certes, mais artiste à part entière d’un monde sensible sous-jacent où les ancrages racinaires le disputent aux invites aux voyages.

cartesCe dernier point est particulièrement perceptible dans les deux "planisphères", dont il faut dire quelques mots : œuvres plutôt singulières dans le monde de l’art, sans en être néanmoins étrangères. En géopolitique, une carte n’est jamais neutre. Il en est de même en art. Ces planisphères rectangulaires (encore une distorsion visuelle)  semblent exprimer la fascination de Jean-Luc Raffier pour la planète, qu’ils soient enluminés de papier aluminium ou exécutés à la fresque, clin d’œil, sans doute, à Edgar Mélik dans le Musée duquel Jean-Luc Raffier devrait exposer en 2013. 

 

Après le voyage dans l’intimité du portrait ou de la nature morte c’est par un autre voyage que l’artiste nous invite à clore son exposition.

 

Exposition à Trébillane Calas - 13 480 - du 26 mai au 8 juin 2012

 

Par HELENE MARTIN - Publié dans : CE SOIR, ON FERME LA TV
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Rechercher

Vous aimez ? cliquer ici

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés